La gloire des vivants

Une page de davidnoir.fr

Cap sur l'existence

En quête d’une vie moins ordinaire que la vie.

David Noir Production

Autoportrait en forme de ruine

Je témoigne de là où je suis. En bon archéologue, je crée ma ruine. La solitude des champs de l’enfance n’est pas celle que l’on arpente à l’âge adulte.

lire la suite
18 décembre 2014
08 janvier 2015

Où est Charlie ? ou la solidarité à peu de frais

La solidarité n’est pas l’affichage de la pensée unique. On ne me fera crier aucun slogan qui ne soit pas de moi. Pas Charlie ce soir, ni un autre jour.

lire la suite

Ah l’indignation ! … adorer… punir… adorer… punir…

Combien durera-t-elle, l’indignation dans son expression flamboyante, quand on recommencera à obéir et à nier son identité dès le lendemain ?

lire la suite
11 janvier 2015
15 janvier 2015

« Liberté d’expression » et répugnance

Non, il n’y a pas de « liberté d’expression », tout autant qu’il y a des limites imposées à la liberté, cela s’appelle la loi…

lire la suite

Athée et humain, sans faire d’histoires

Je ne vais pas vous parler de ce que ça raconte, parce que j’espère bien que ça ne racontera rien, rien de ce qui se raconte en tous cas. Pas d’histoires.

lire la suite
22 janvier 2015
18 novembre 2015

De l’air dans les poumons et du vent dans les voiles…

De quoi bivouaquer post attentats et prendre l’air sur une aire d’autoroute où l’on se parque pour profiter du ciel clair

lire la suite

Infirmité des marionnettes

Dans une société de guignols, il est naturel de devenir des marionnettes. Reste à pouvoir les doter de corps singuliers et de têtes adéquates.

lire la suite
22 novembre 2015
04 février 2018

Tu n’es pas mon visage

Un peu de brutalité dans ce monde de poésie. Sans blague. Tu ne crois quand même pas que j’ai envie de rencontrer des humains. Tu n’es pas mon visage. Tu n’es pas mon projet.

lire la suite

Posts attentats

Un matin de novembre, j’ai été réveillé par un sentiment de tristesse dans le rectum. Et c’était la beauté du monde. Et c’était la bêtise du monde. Toutes deux s’y confondaient en une même tension vive et palpable. Quelque chose s’interdisait de sortir.