Empreinte du vivant | Pourquoi du croc se décarcasse ?
David Noir vivant dans "Les camps de l'Amor" | Photo © Karine Lhémon | Le Générateur

Empreinte du vivant | Pourquoi du croc se décarcasse ?

Mis à jour le

Empreinte du vivant

It’s alive !

Scrap poursuit sa route dans l’esprit de qui a souhaité en saisir des bribes et en arracher des lambeaux au passage.

Pas d’autre ambition pour cette mosaïque de sens et d’impressions

que de s’apparenter à la carcasse d’un animal en décomposition, incrustée, vautrée de tout son poids mort dans les sédiments de la surface du sol. Les meilleures conditions sont réunies pour que le vivant laisse place à l’empreinte, se vide de sa substance, pour que le moule fossile se cristallise autour du corps défunt. Pétrifié. Il n’y a pas de de destin plus souhaitable pour le vivant qui vient de trépasser.

Les camps de l’Amor exhalent et embaument. Ce pourrait être un slogan à la devanture d’un funérarium décoré de fleurs fraîches. Il ne s’agit pas de reproduire le vivant. Mettre de la vie dans une représentation de la vie ne revient pas à en livrer une copie imparfaite. Reproduire la vie au sens strict est l’affaire des gens qui enfantent. Nul besoin de représentation pour ça. On fabrique. C’est bien ; c’est fait ; ça marche … ou pas. Mais c’est une autre histoire. C’est l’affaire d’autres histoires, pas de celles que je traverse en rêve. Je n’ai jamais rêvé d’enfanter. La vie n’est pas un mystère puisque quiconque peut la reproduire par un moyen ou par un autre. Le vivant est d’une autre nature. Celle d’une essence. Le vivant ça n’est pas un enfant qui court ou un oiseau qui s’envole. Ça c’est la vie, rien d’autre. C’est à portée de main si l’on veut. Le vivant c’est ce qui meut la vie. C’est ce qui émeut à travers la vie. C’est la conscience d’être dedans, de voir, de toucher et d’entendre. Rien à voir avec le faire. Dans les moments où l’on crée, on ne fait pas. Faire c’est en amont, avant, lorsque l’on prépare. Activer le vivant, c’est prendre conscience ; c’est comprendre et ne pas comprendre ; c’est sentir et analyser ce que l’on sent. C’est donc l’inverse d’un profit immédiat. C’est prendre un recul, une distance. C’est être mis à distance par ce que l’on observe. C’est là où le vivant intervient ; quand il « dit » à la conscience que « l’Autre » existe, sous toutes ses formes, les plus repoussantes comme les plus attractives. Si l’on ne veut pas voir ça, on se contente de vivre. Ça peut suffire. Mais si l’on est travaillé par le goût de la création, on veut entendre le Dr Frankenstein s’écrier « It’s alive ! » et pas juste se promener au bras de son élu/e.

Oui oui, on comprend tout ça, mais ça a du bon les élu.es. Ils/elles passeront toujours. Ils/elles sont conçu.es pour ça ; pour passer ; pour se réjouir d’être en vie et produire de la vie, là où le vivant aura été mis à jour.

David Noir vivant dans "Les camps de l'Amor" | Photo © Karine Lhémon | Le Générateur
David Noir vivant dans "Les camps de l'Amor" | Photo © Karine Lhémon | Le Générateur

David Noir

David Noir, performeur, acteur, auteur, metteur en scène, chanteur, plasticien, vidéaste, bricoleur sonore, enseignant... trimbale sa nudité polymorphe et son enfance costumée sous le regard et aux oreilles de qui veut voir et entendre.

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.