L’Ovule et le Narcisse
David Noir et Marie Notte | Ovule et Narcisse dos à dos | La Toison dort | Episode 7 | Retouché d'après photo © Karine Lhémon

L’Ovule et le Narcisse

Mis à jour le

Partager cette page
De l'amour imbécile d'un metteur en scène pour les acteurs

Je suis un ovule qui engendre des champs de narcisses stériles

Je domine, m’a-t-on dit un jour. Whouaf wouaf wouaf ! La bonne blague.

Créer du spectacle ou du lien participe de la même chimie. S’il était vrai que je domine ce serait à travers le désir d’être fécondé, par appétit d’en apprendre plus, de m’amuser plus, d’échanger plus, de jouir plus.

Les narcisses ne régénèrent qu’eux-mêmes, jouissent de ce petit dépassement de s’être entrevus dans la glace. Ça suffit à exciter leur émoi. Et moi, et moi, et moi. Un milliard trois cent cinquante et un millions de citoyens chinois ; émoi ! émoi ! émoi ! La planète génère ceux qui se nourrissent d’elle. Tous l’exploitent ; on dit qu’ils la cultivent. Me cultive-t-on comme une bonne vieille terre nourricière ?

Aigrie culture intensive

Comment se payer de retour ?

David Noir et Marie Notte | Ovule et Narcisse dos à dos | La Toison dort | Episode 7 | Retouché d'après photo © Karine Lhémon
David Noir et Marie Notte | Ovule et Narcisse dos à dos | La Toison dort | Episode 7 | Retouché d’après photo © Karine Lhémon

On pompe mon cytoplasme davantage qu’on ne me féconde.

On donne à voir, à boire ; on arrose la base du Narcisse et on reçoit du « Encore ! »

Comment diable faire pour créer réellement, engendrer, enrichir son substrat sous les trompes avides d’appétits qui ne veulent rien d’autre que se satisfaire ? Pas moyen. On comprend mieux alors le regard froid et détaché du chercheur sur ses drosophiles. Pas d’état d’âme. Il collecte du matériel génétique sous l’apparence de faire proliférer l’espèce. Il faut se méfier de la transparence des bocaux et de leurs parois de verre tout comme de celles au sein desquelles émergent les relations. Qui produit sans souci de s’extirper du bocal, se retrouve lui-même dans sa propre cage.

Il faut se dissocier de sa propre manne si on veut s’éviter d’être dévoré sans discernement avec. La consommation est pavée de bonnes intentions enthousiastes. « J’aime, j’adore, j’en veux encore. » On discute le prix ; on en redemande, mais on trouve ça trop cher. Il faudrait avoir tout pour rien et tant pis si on vide la grosse cellule de son contenu et qu’on laisse derrière soi la membrane inutile et inerte. Elle n’avait qu’à y penser avant ; ne rien produire de si attirant que d’autres ne savent pas faire. Bien fait pour elle après tout ; elle n’avait qu’à n’avoir rien à dire de plus que quiconque. Il y a de la vengeance en substance dans cet amour là. Peut-être pas adressée à qui de droit.

Article suivantRead more articles

David Noir

David Noir, performeur, acteur, auteur, metteur en scène, chanteur, plasticien, vidéaste, bricoleur sonore, enseignant... trimbale sa nudité polymorphe et son enfance costumée sous le regard et aux oreilles de qui veut voir et entendre.

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.