background

Pleure ta semence

Pleure ta sentence

Avant que ça n'arrive...

C’est parce que je me débarrasse de ma production d’écriture quotidienne en la saupoudrant à travers les diverses niches de ma création que j’arrive parfois à en faire quelque chose. Tous les jours je fais en sorte d’en ramener un camion plein dont je décharge la benne dans ces pages en m’évitant d’y penser davantage. Je rends ainsi ma terre fertile et épuise ma nécessité d’écrire qui serait comme un surplus de semence. Je suis payé en retour lorsque me vient une idée, une envie, un désir de concrétisation qui donnera corps à une création. Mais le lien direct, de ma tête à la création ; non ça n’est pas possible. J’ai soif de liberté. Je ne peux pas travailler efficacement sous la contrainte… pas même sous la mienne.

Pleure ta semence | Les camps de l'Amor © David Noir

Un petit dinosaure fait vibrer la pointe de sa queue sur une boucle de son qui pourrait préluder à une de ces tranquilles et bucoliques scènes de western où les troupeaux dévalent joyeusement la prairie, heureux qu’ils sont d’être encadrés de si beaux jeunes gens sur de si hennissantes montures.

Ailleurs dans la page, un prisonnier perruqué a l’air de se préoccuper de son sort ; à moins qu’il ne s’ennuie, enchaîné seul au fond de sa geôle.

Une image embuée de pluie lui fait écho juste au-dessus. Un orage rose de mouille le menace gentiement.

Il semble ne rien y avoir à attendre ni avant, ni après. Les jours de pluie, on peut rêver aux dinosaures qui s’effacent avant de s’endormir.

Dino Western | Animation et musique © David Noir

© David Noir ® | Tous droits réservés | All rights reserved

 CopyrightFrance.com
Loader davidnoir.fr
Fermer le panneau