Un peu de brutalité dans ce monde de poésie

"Tu n'es pas mon visage" |Je veux rester un étranger | Visuel © David Noir
JE VEUX RESTER UN ETRANGER

Sans blague

Tu ne crois quand même pas que j'ai envie de rencontrer des humains ?

"Tu n'es pas mon visage" | Je veux rester un étranger | Visuel © David Noir

Je me fiche de tes débats de société

Et de ton genre, et de ta sexualité, et gnagnagna, et de ton intolérance toi qui penses peser dans la balance par ton équilibre et tes choix raisonnés, et tes avis sur tout ce qui passe, et ton indignation à pas cher jusqu’à ce que tu rampes devant un nouveau pouvoir et change d’avis, et ton moi, moi, moi et ton j’ai le droit, et ta sensibilité, et ta famille, et tes enfants, et ton racisme imbécile et culturel ; ah ta culture oui, oui ; ton identité, oui, oui ; et ton anti racisme plus raciste encore, et ta religion, et ton réseau social, et ton art, ah oui ton art, et ton bon goût pauvre merde qui ne sait toujours pas que tu es ce qu’on a fait de toi, toi qui pense exister par toi-même. Ta prétention à vouloir être mérite ton inexistence.

"Tu n'es pas mon visage" |Je veux rester un étranger | Visuel © David Noir

J'ai toujours haï ton inconstance

Tu n'es pas mon visage

Tu n'es pas mon projet

Vis à vis de toi

et de tout le reste

je veux rester un étranger

Bye-bye mon amour

Qui sait si ce n'est pas le jour ?