Se RACONTER des HISTOIRES, c’est MORT !
Reconnaître son petit fascisme naturel, c’est se donner une infime chance d’évoluer en bien.

Ah l'amour (mon cul) possession, quand tu tiens la tête de ta copine sous le bras - les cervicales courbées, on dirait qu'elle va étouffer - comme un gorille trainant son palmier arraché à la jungle !
Mais comment acceptent-elles ça ?

Bienvenue chez vous !

Vous êtes de retour dans les Camps de l’Amor

Vous vous sentirez sous peu à nouveau aimé.es, choyé.es, mais à votre habitude, vous ne saurez qu’en faire, qu’en faire et damnation, qu’en faire et donation, de son vivant

L’intelligence est une récolte universelle et la mauvaise herbe est religieuse

Les sentiments sont comme des envies de chier ou de jouir. Ils poussent, ils sortent et puis s’apaisent avant de revenir

Toujours la même Histoire

Mais moi, je ne vous ai pas compris

Attention, ici je tue par la pensée

Super viseur, je suis et ne peux et ne veux t’épargner

C’est bien fait pour les victimes d’être victimes, n’est-ce pas ?

Il eut fallu tuer en premier, n’est-ce pas ?

Eh ! J’entends siffler le train, pas toi ?

Pitié, donnez-moi du bâclé, du rien, du mal fait. Arrêtez de me polluer avec des œuvres qui veulent me « dire » et voudrait m’émouvoir

Toujours l’insulte infantile fera suite à l’enthousiasme lyrique de l’amour aveuglé par le reflet de soi.

Toute croyance est ridicule ; tu es là pour être rassuré

Moi j’aimerai avoir une sœur pour coucher avec elle à toute heure

Moi, je cherche un nouveau nom pour un sentiment qui n’est pas l’amour, flanqué de son grand A, manipulateur pervers et bêta

Déporter l’Amour, déporter l’Amour,

Ah la musique ! Ah l’amour des portées !

Eh dis, tu te rappelles ? Ce n’est pas parce qu’on est contre la même chose qu’on est ensemble, hein ?

On ne peut pas aimer le nombril de son voisin

La paix entre les individus est au prix du génocide des idéaux de l’amour

Peut-on faire de l’art ? Non, on ne peut pas faire de l’art ; il n’y a que les escrocs qui font de l’art

Les putes ont leurs secrets, bien gardés. Seules les putes savent tout du monde. La sagesse c’est pas les papes de la résilience ; c’est les putes car elles ne vendent rien qu’un souvenir ; pas de bouquin

J’aime les putes

Tu nous fais chier avec ton amour que t’es incapable d’assumer. Et le choix de Sophie, tu connais ?

Dans mon monde, il n’y a pas de vacarme et j’entends tout très bien

Une punition sévère et son application sans complaisance devront être appliqués à quiconque fera résonner l’air jusqu’à le corrompre à coup de poncifs et de clichés

Punition pour colportage de connerie ; l’humiliation ou la mort, tu choiz

Les connexions aléatoires de mon cerveau insensé valent bien ta pensée cohérente

Dis-moi vieux clown, tu dors sur quelle paillasse ?

Essaie donc un peu de l’ouvrir, ta gueule, vieux crocodile

Tu sais, moi le sens de l’ouverture des portes, de toutes façons, je m’en chambranle

Tu piges amas rayé ?

Ici c’est rue minée,

Mort aux vaches,

Tu vois indélébile mental,

Revois un peu tes idées toutes fêtes

Vivre n’est pas un droit

Aimer n’est pas un devoir

Exister est un enfantillage

Et malgré cela, il y a des cœurs qui croient qu’ils battent

Slam fatigue

Moi j’voudrais faire un slam pour tout ce qui travaille à 4 pattes

Mais qui n’est pas infâme

J’ voudrais faire le ménage dans les étalages plein de bonne volonté

Nettoyage et te nique, il faut tirer le bon parti des techniques

Pour moi, ce sera le génocide acide appliqué à tes états d’âmes et à la médiocrité des mœurs

Je cherche un peu d’humanité avec une baguette de sourcier

Shoah ira mieux demain

Mais attention, salope

Habeas prépuce !

Les filles qui font circoncire leur enfant devraient être excisées en retour

Le 1er métier de l’homme est de devenir intelligente

Le second est d’apprivoiser la mort, ce qui doit revenir au même

Note à benêt : Il n’y a pas d’ordre à ces propositions

Mon cerveau est tombé par terre

Mon cerveau, c’est le Tibet

Il s’est exilé de ma tête,

chassé par des locuteurs chinois

Tous ceux qu’il ne comprend pas

Je l’ai quand même ramassé …

au cas où

Le sexe se pratique mais la frustration est impossible à dire

Il y a de longs rapports entre mon sexe et les horreurs du monde
Entre ma haine, que j’aime autant que les objets que je hais, et le désir d’aimer, de violer et d’anéantir

Jouir comme un homme n’est pas surprendre le trou d’autrui

Jouir en homme est être pris sur le vif, en femelle, en salope, en martyr

Toutes les unions sacrées m’isolent

Aucun doute sur leurs bons sentiments assurés

Je ne sais pas ce qui est bien. Je ne sais pas ce qui est beau. Je ne fais pas ça pour que ça soit drôle, ni bien, ni beau.

 

Au fait, je me masturbe à deux mains pour m’éviter de serrer l’un des tiennes.

Et je comprends fort bien la haine de l’humain.

C’est peut-être elle qui nous sauvera demain.

 

PS. Vraiment on n’en peut plus de la sortie d’un Dvd de Peau d’Âne tous les Noëls avec de nouveaux bonus …

 

Les camps de l'Amor © David Noir - Tous droits réservés

 

Fermer le menu