SOLO SEX TUOR MULTIPLE

une quête des origines et de la désintégration

LA TOISON DORT

Mise en oeuvre, textes, mixages sonores, vidéos, interprétation: David Noir
Musique improvisée: Christophe Imbs
avec Any Tingay, Valérie Brancq, Sonia Codhant, Philippe Savoir, David Noir


Création vidéo live, régie son : Guillaume Junot

Création lumière, régie lumière : Jérôme Allart





LA TOISON DORT au GÉNÉRATEUR du 13 AU 15 JANVIER 2012 - 16 Rue Charles Frérot, 94250 Gentilly

Partager cette page
La Toison dort au Générateur | David Noir | Graphisme © Philippe Savoir
La Toison dort au Générateur | Graphisme © Philippe Savoir

3 performances donnant lieu à 15 heures de représentation où les spectateurs ont la possibilité de se mêler aux comédiens pour interpréter texte en main, les mots de cette épopée et incarner les situations qui s’inventent au fil des improvisations.

La Toison dort au Générateur | Valérie Brancq en Killer klown à fourrure | Photo © Karine Lhémon
La Toison dort au Générateur | Valérie Brancq en Killer klown à fourrure et Philippe Savoir à droite | Photo © Karine Lhémon
Extrait du dossier de La Toison dort au Générateur

Le projet 2012 : LA TOISON DORT ou Jazon et les Définitives Créatures

Cette version à venir de « La Toison Dort » est issue de la fusion d’un premier noyau d’épisodes présentés à un public régulier et fidèle, mais dans de modestes conditions matérielles. Nous nous devions aujourd’hui de considérablement augmenter ce cadre pour donner naissance à la forme nouvelle visée. La chance nous en est donnée grâce à l’accueil bienveillant d’Anne Dreyfus et de son équipe, dans ce stupéfiant espace totalement dégagé d’obstacle qu’est Le Générateur, vaste décor muet, semblant renaître perpétuellement vierge après chaque passage d’une création artistique en ses murs, grâce à la qualité unique de l’esprit qui y règne. C’est donc une 16ème englobante et conséquente étape de « La Toison Dort » que ces feuillets visent à présenter et qui verra le jour les 13, 14 et 15 janvier 2012 dans ce lieu ample et chargé d’âme, entièrement dévolu à la création contemporaine, idéal pour un projet tel que celui-ci. Loin d’être pour autant un ultime aboutissement, le but de cette proposition est de propulser l’embarcation hors de ses espaces de recherche pour la confronter en situation réelle à son ambition d’origine : générer autour de ses flancs un bain suffisamment profond et dégagé d’obstacle pour que se dissolvent les contours des
rôles, tant des acteurs que du public et qu’un bouillon de culture neuf s’en exhale et finisse par y délicatement surnager.
Ce sera pour le voyage de La Toison, la mer limpide où viendront flotter la dizaine d’îlots, décors de son premier parcours, cette fois réunis sur une seule carte, au cours d’un seul temps étiré durant lequel ce nouveau prototype pourra faire ses armes.
Une performance de David Noir a également été créée précédemment au Générateur il y aura tout juste un an, sous le titre « AltereGo! ».

La Toison dort au Générateur | Photo © Bernard Bousquet
La Toison dort au Générateur | Photo © Bernard Bousquet

Des textes à tenter de dire et faire entendre,

Des textes qui circulent au sein de mes testicules.
Des corps à voir et approcher,

J’aime l’émoi humaniste qui anime la peau de nos sexes comme la terre la plus pacifiée de notre corps armé.

La Toison dort est un spectacle vivant qui attend votre visite comme une exposition en suspens.

La Toison dort au Générateur | Flyer | Texte ©  David Noir | Graphisme © Philippe  Savoir
La Toison dort au Générateur | Flyer | Texte © David Noir | Graphisme © Philippe Savoir


Et la salive se ravalait sous l’aspect du malheur,
Et le cœur se dévorait lui-même en guise de goûter

Durant ces trois journées, vous pourrez :
Bras trop court,
Juste passer,
Cœur trop faible,
Simplement visiter,
Enlisement,
Y rester
Pour moi, la messe était dite.
Vous y mêler,
C’est ce que je pouvais penser.
Écouter, voir, chanter,
Rien, ni personne ne me sauverait.
Jouer, vous déshabiller,
Au galop, au galop,
Errer, danser
Décès.