Barrissement humain et plainte hululée, l’enfance sauvage trouve refuge chez le garçon, qui tapi derrière un homme, se cache enfin sous la bête.

Comme les enfants morts nés d’une poche trop serrée

Comme les chats sans regard sous un plastique noué

Comme le papier se gaufre

Comme l’éléphant se vautre

Dans tabou redouté

Je ne suis pas la monstruosité annoncée

Je suis un homme, garçon

Je suis un être humain

Défense du masque Ulin | Performance | Réalisation masque et photo © David Noir
Réalisation masque et photo © David Noir

Fils de la jungle et de Kipling, éléphanteau, trompe écourtée, trompé de mensonges sorciers, quitte libre sa savane, devient garçon douillet. Monde hostile m’a civilisé et fait de moi pantin de bois bandé. Là y poussa mon nez.

Texte, interprétation, conception : David Noir

Co-réalisation Arts Diffusion – L’Entreprise Noire

Défense du masque Ulin a été créé le 31 mai 2014 pour l’édition exceptionnelle de frasq à la Galerie Jérôme Nivet-Carzon (Paris 4ème)

Public du masque Ulin
Public du masque Ulin reluquant la bête à l'extérieur de la galerie Nivet-Carzon

... merci de votre curiosité.

Fermer le menu